C’était il y a cent ans : éphéméride de mai 1912 en France

Le Petit Journal - supplément illustré du dimanche du 5 mai 1912 - Les gaités de la semaine par Draner

<= L’éphéméride d’avril 1912

En mai 1912, les Français célèbrent et votent !

 

Mai 1912 en France : fête du travail, Jeanne d’Arc, Alsace-Lorraine et politique

Dans la continuité d’avril 1912, on trouve de nouveau la une des quotidiens français :

  • La fin de la bande à Bonnot, qui culmine dramatiquement au milieu du mois de mai avec le siège de Nogent-sur-Marne et la mort de Garnier et Valet.
  • La Croix - une du 30 mai 1912, extrait - Fez | Gallica © BnFLa conquête de l’air, que L’Humanité appelle l’ aviation meurtrière, avec la chute de Védrine et de nouveaux morts, comme le Comte de Robillard.
  • Le Maroc – au sujet duquel Le Petit Journal, L’Ouest-Eclair et La Croix évoquent les affaires marocaines, tandis que Le Siècle ose l’agitation marocaine et L’Humanité écrit le guêpier marocain – avec notamment les négociations franco-espagnoles et à la fin du mois, les événements de Fez, qualifiés de répression sauvage et de massacre par L’Humanité.

Et tandis que dans l’actualité internationale, la guerre italo-turque et l’occupation de Rhodes, la mort du roi du Danemark, la grève des transports à Londres et les troubles à Budapest, ainsi que l’élection présidentielle américaine retiennent l’attention des quotidiens hexagonaux, l’actualité française de ce mois de mai, c’est évidemment la fête du travail, l’anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc et la politique intérieure, avec les élections municipales et l’élection du successeur d’Henri BRISSON à la présidence de la Chambre.

L'Humanité - une du 1er mai 1912 `| Gallica © BnF La Croix - une du 19 mai 1912 | Gallica © BnF Le Petit Journal - une du 24 mai 1912 | Gallica © BnF

Le 1er mai 1912, c’était la fête du travail, la 23ème pour être précis. Les « travailleurs organisés » étaient conviés, tous, à chômer et à revendiquer. Le 1er mai fut calme partout – Beaucoup de réunions – Pas de manifestations.

Mai 1912 vit aussi de nombreuses célébrations d’une figure française emblématique :  Jeanne d’Arc, dont on fêtait le 500ème anniversaire de la naissance.
Une région aussi emblématique, mais qui n’était plus française à l’époque, fut aussi à l’honneur : L’Alsace-Lorraine, dont Le Petit Journal dit qu’elle revendique son indépendance et est ainsi « le ferment de la discorde » au sein de l’Empire.

Le Président DESCHANEL à la une du journal La Croix, 25 mai 1912 | Gallica © BnFEt enfin, le mois de mai fut politique, avec d’une part, le 6 mai, les élections… municipales, et d’autre part le 23, l’élection du nouveau Président de la Chambre des députés (suite au décès d’Henri BRISSON le mois précédent). Ce nouveau Président est aussi un futur Président de la République française, déjà longuement évoqué dans cet article ; il s’agit de Paul DESCHANEL, alors député d’Eure-et-Loir. Il succède pour la deuxième fois à Henri BRISSON et occupera le poste jusqu’à son élection en 1920 à la magistrature suprême de la République.

Naissances et décès en avril 1912 en France

Nélie JACQUEMART-ANDRÉ - auto-portrait | artworldlist.comEn mai 1912 décède le 14, à Paris, Nélie JACQUEMART-ANDRÉ (°1841, Paris), artiste-peintre et collectionneuse. Elle légua tous ses biens à l’Institut de France ; deux musées portent aujourd’hui son nom (site du musée de Paris, site du château-musée de Chaalis, Oise).
Le 28 mai à Paris XVIe disparaît Paul-Émile – qui se fait appeler François – LECOQ de BOISBAUDRAN (°1838 à Cognac, Charente). Chimiste, il a découvert à l’aide de la spectroscopie plusieurs nouveaux éléments chimiques, tel le gallium. Il est Chevalier de la Légion d’Honneur et lauréat de la Médaille Davy (Royal Society, chimie).

Signalons enfin le 30 mai la disparition – dont la presse se fait l’écho, comme Le Petit Parisien – du plus français des pionniers américains de l’aviation : Wilbur WRIGHT (1867-1912), a fait partie du premier groupe d’aviateurs à se voir délivrer en 1910 un brevet de pilote, nouvellement créé par les autorités françaises.

Et en mai 1912 naissaient deux architectes, deux footballeurs et deux personnalités du monde des arts !

Fernand POUILLON (1912-1986), architecte| fipa.tm.frle 14 à Cancon (Lot-et-Garonne), Fernand POUILLON
(† 24/07/1986, château de Belcastel, Aveyron) 

Architecte. Un personnage au parcours étonnant, promoteur d’une architecture au service de l’homme dont le but était de donner accès au luxe d’habiter aux plus petits revenus. Ses pratiques lui valurent de nombreux ennemis dans le monde de la construction, un séjour en prison, et une fin de carrière hors de France, en Algérie.
- site officiel ; ses mémoires
- son œuvre majeure : Les pierres sauvages, journal romancé du maître d’œuvre qui, au douzième siècle, édifia en Provence l’abbaye du Thoronet, exemple d’architecture cistercienne (1964, Seuil).

Alfred ASTON (1912-2003), footballeur | Delcampe Louloubrocle 16 à Chantilly (Oise), Alfred dit Fred ASTON
(† 10/02/2003) 

Footballeur. Attaquant international (31 sélections, 5 buts), surnommé le « feu follet », il effectua la majeur partie de sa carrière au sein du mythique Red Star. Il sera vainqueur avec son club de la Coupe de France en 1942 (auteur du second but audonien) : la finale commentée dans les actualités de Vichy, sur le site de l’INA.

Jean BOSSU (1912-1983), architecte | citechaillot.frle 17 à Nesles-la-Vallée (Val-d’Oise), Jean BOSSU
(† 1983 à Paris) 

Architecte. Il collabora avec la plupart des architectes parisiens modernes de son époque, dont Le Corbusier. Quatre des bâtiments qu’il a imaginés – construits sur l’île de la Réunion – sont classés monuments historiques.
son portrait sur le site de la Cité de l’Architecture & du Patrimoine

Jean FRANÇAIX (1912-1997), compositeur | analekta.comle 23 au Mans (Sarthe), Jean FRANÇAIX
(† 25/09/1997 à Paris) 

Compositeur. Le 100e anniversaire de sa naissance est inscrit officiellement parmi les « Célébrations Nationales » de l’année 2012.

Retrouvez la vie, les œuvres et la généalogie
de ce compositeur sur le blog Entre nous et nos Ancêtres.

Roger IKOR (1912-1986), écrivain | landrucimetieres.frle 28 à Paris, Roger IKOR
(† 1986) 

Écrivain d’origine juive, romancier et essayiste. Il obtint le prix Goncourt en 1955 avec son roman « Les eaux mêlées » (sur Amazon). Après le suicide de son fils, il mène une lutte acharnée contre le phénomène sectaire.

Roger COURTOIS (1912-1972), footballeur | pari-et-gagne.comle 30 à Genève (Suisse), Roger COURTOIS
(† 05/05/1972) 

Footballeur franco-suisse au palmarès impressionnant, international français (22 sélections, 10 buts). Il effectua la majeure partie de sa carrière professionnelle au sein du FC Sochaux, dont il reste le meilleur buteur (209 réalisations en 1ère Division).

La citation

« Fais bon accueil aux étrangers, car toi aussi, tu seras un étranger »

Roger IKOR (1912-1987), Les eaux mêlées

<= vous voulez peut-être revoir l’éphéméride d’avril 1912

vers l’éphéméride de juin 1912 =>


Partager :
  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Digg

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à C’était il y a cent ans : éphéméride de mai 1912 en France

  1. Ping : C'était il y a cent ans : éphéméride de mai 1912 en France | Yvon Généalogie | Généalogie au Pays Basque | Scoop.it

  2. Ping : 1912 | Pearltrees

  3. Ping : C'était il y a cent ans : éphéméride de mai 1912 en France | Yvon Généalogie | La Gazette des ancêtres | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>