Canicule et sécheresse dans le Maine, début XVIIIe

Soleil

Début XVIIIe siècle, le curé de La Quinte, Maine (actuel département de la Sarthe) consigne dans ses registres deux épisodes particulièrement chauds et secs, aux conséquences dramatiques.

Comme un écho du passé à la « canicule » d’aujourd’hui…

Canicule et sécheresse dans le Maine en 1707 et 1716

En 1707, deux ans avant le « Grand Hyver », une Chaleur excessive :

1707 - La Quinte (Sarthe) - Registre BMS

1707 - La Quinte (Sarthe) - Registre BMS | © Archives Départementales de la Sarthe

1. En cette année il sest fait au mois de Juillet pendant 3 jours,
2. une chaleur si vive que plusieurs personnes en ont été etouffés
3. des boeufs en sont morts sous le joug

Et le curé d’ajouter (grosso modo) :

4 & 5. Le Saint-Esprit enflamme les coeurs de lumière éternelle.
6 & 7. Libère-nous, Ô bon Jésus, des flammes de l’enfer.

;-) Notez que l’homme d’Église respecte scrupuleusement la définition de la canicule donnée par les météorologues actuels ! Par contre, ses contemporains n’ont apparemment pas bénéficié des bons conseils dont les médias nous rebattent aujourd’hui les oreilles.

1716 - La Quinte (Sarthe) - 1MI 1210 R1 BMS 1674-1730À moins que ce ne soit le manque pur et simple d’eau…

Le même curé évoque en effet en 1716 une sécheresse telle que les puis tarissent ainsy que les fonteines et que la grave au milieu de la Rivière du mans [NDLR, la Sarthe] paroit … et a decouvert en sorte que personne vivant ne la vue aussy basse. Avec cette fois de néfastes conséquences pour les cultures telles les vignes et vergers, ou encore les bleds noirs [qui] perissent.

Ces épisodes climatiques, tout comme celui de 1785-1786 à Bonnes dans le Poitou (rapporté sur le blog de Lulu Sorcière Archive), s’inscrivent dans ce que les historiens et climatologues ont appelé le « petit âge glaciaire ». Cette période climatique troublée s’étala entre le début du XIVe siècle et les années 1860 ; elle est restée de triste mémoire météorologique surtout par ses hivers particulièrement rudes et meurtriers.

Prier pour la pluie ?

Le 15 mai 1716, le curé rapporte que dans la paroisse on a fait des processions et prieres publiques pour demander a Dieu une pluie necessaire aux biens de la terre.
1716 - La Quinte (Sarthe) - 1MI 1210 R1 BMS 1674-1730, vue 154Le fait de s’adresser aux dieux des suppliques concernant les éléments naturels est une pratique religieuse et communautaire ancestrale. On la retrouve d’ailleurs dans les grandes religions monothéistes. La prière pour la pluie est ainsi inscrite dans l’Islam, ainsi que dans le calendrier juif. Même le Catholicisme pratique des rites intercesseurs. Ainsi par en exemple en 1896, Monseigneur l’évêque de Perpignan  ordonne, ni plus ni moins,  un Triduum de prières… pour demander la pluie. Étonnant, non ?

Mais est-que cela marche ? Pour le brave curé de La Quinte, en 1716, aucun doute. Il conclut sa chronique par ces mots : Il a commencé a pleuvoir le 20e may vigile de l’Ascension.

La citation : prières pour la pluie

Ad petendam pluviam
pour demander la pluie

טַל וּמָטָר
la rosée et la pluie

صَلاة ُ الاسْتِسْقاءِ
la prière pour la pluie

 

Partager :
  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Digg

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>