Marion du Faouët, chef de bande dans la Bretagne du XVIIIe siècle

Marion du Faouët par Joëlle Delain - extrait

En réalisant des recherches sur l’année 1912, j’ai pu lire à la une de l’Ouest-Eclair du 8 mai 1912 un article d’un auteur invité, qui évoquait une héroïne bretonne du XVIIIe siècle (consultable sur Gallica ou téléchargeable ici). Marion du Faouët, sans doute moins connue que le contrebandier Mandrin qui sévit à la même époque, est une paysanne de modeste extraction qui fut bandit et chef de bande en Cornouailles sous le règne de Louis XV. La légende populaire a fait d’elle une sorte de Robin des Bois au féminin.
Cet article d’il y a cent ans m’a interpelée à plus d’un titre. Au-delà du personnage et de l’histoire elles-mêmes, il y a en effet l’auteur, qui évoque sa méthode, ses sources, les archives…

Marion du Faouët : la grande misère et les voleurs au XVIIIe siècle

Marie-Louise TROMEL alias Marion du Faouët, Marionick ou Marion de Finefont

Une de L'Ouest-Eclair du 8 mai 1912 - extrait | Gallica © BnF

L’auteur, Jean LORÉDAN (1853-1937), dresse un portrait très vivant de Marion du Faouët, née Marie-Louise TROMEL (ou TREMEL). On peut lire dans l’article :

C’était une paysanne, fille de journaliers. Elle était née dans un pauvre hameau, à Porz-en-Haie, tout près du Faouët, au diocèse de Cornouailles (aujourd’hui Morbihan), le 6 mai 1717. [...] Une paysanne vaniteuse, arrogante, féline et rieuse – fort intelligente. Elle ne manquait point non plus de courage. Elle le prouva souvent au cours de sa vie aventureuse.
Elle avait débuté par faire le commerce de mercerie, et par mendier sans doute, avec ses parents. Puis des galants étaient venus, car elle était jolie, amie du plaisir de manger de bons morceaux [...] et de se faire belle ; et elle avait bien vite mal tourné.
Maison de Marion - Le Faouët (56)[Elle devient] chef de bande. Elle fut plusieurs fois inquiétée, emprisonnée, jugée, condamnée : mais elle s’en tire toujours de son mieux [...] et elle reprend sa vie et ses exploits.

Petite voleuse, d’ailleurs, voleuse de petites gens. Elle n’arrête pas les diligences, ni les seigneurs en voyage, ni même les bourgeois. Elle est une femme illettrée, mais fine et prudente ; elle redoute les grands, qui détiennent la force [...].
Et elle attaque sur les chemins enténébrés, sur les mauvaises routes désertes, les paysans attardés, les colporteurs qui s’en reviennent de quelque foire, les fermiers et domaniers, plus ou moins ivres, qui rentrent chez eux contents [...].

C’est une singulière époque, Marion, fille de Félicien Tromel, fait trembler tous ces pauvres gens, et, chose curieuse, ils ne semblent point lui garder rancune de tous ses méfaits [...]. Et personne jamais ne se plaint d’elle. Et chacun, au contraire, chercher à vivre en bonne intelligence avec elle.
Elle protégeait [...] les gens, elle protégeait les maisons.

La Tour du Chatel, partie de la place Saint-Corentin à Quimper | ouvrage de Jean LorédanProtéger ? Protéger sans doute de ses propres troupes ! Pourtant, dans la légende, Marion du Faouët, chef de bande, resta l’aventurière, la voleuse populaire, défiant l’autorité et donc amie du petit peuple.
Peut-être sa fin tragique contribua-t-elle à la légende. Suite à un revers de fortune, elle fuit puis se fait arrêter, par hasard, à Nantes. Ramenée à Quimper, elle est soumise à la question, torturée, mais n’avoue rien. Jugée et condamnée, elle est pendue sur la place Saint-Corentin le samedi 2 août 1755, à l’âge de 38 ans.

La Grande Misère paysanne au XVIIIe siècle

En fait, l’article de Jean LORÉDAN dans l’Ouest-Eclair évoque une étude fort curieuse et savoureuse (sic) publiée récemment – en 1910 en fait – par… Jean Lorédan lui-même ! Gonflé, non ? L’ouvrage est intitulé « La Grande Misère et les Voleurs au XVIIIe siècle », sous-titré Marion du Faouët et ses « associés » – 1740-1770, et disponible sur Gallica.

La Grande Misère et les Voleurs au XVIIIe siècle - Marion du Faouët et ses "associés"Dans la première partie de son livre, Jean Lorédan inscrit le personnage de son « héroïne » dans le contexte socio-économique du monde paysan de l’époque. Le chapitre s’ouvre avec emphase et par une dramatique et théâtrale citation de La Bruyère, qui compare les malheureux paysans à des animaux farouches, mâles et femelles, répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés par le soleil, attachés à la terre qu’ils fouillent et remuent avec une opiniâtreté invincible. Des hommes pas si éloignés de leurs ancêtres préhistoriques…
Mais les pages suivantes ne manqueront pas d’intéresser le généalogiste, qui évoquent de manière vivante et vibrante – parfois quelque peu condescendante – ce petit peuple de Bretagne et d’ailleurs, exploité, brutalisé, parfois révolté, toujours réprimé, écrasé d’impôts… Voyez pages 7 et 8 cette incroyable liste :

[Une fois la révolte matée,] les paysans bretons, redevenus silencieux, continuèrent à payer les rentes, les dîmes, les fouages, les novales sur les terres nouvellement défrichées, le champart sur les « terres froides » quant on les met en culture, les lods et ventes sur les terres qu’on achète, la capitation, le dixième, le vingtième, le centième denier, les devoirs d’impôts et billot sur les boissons, les droits de travers et de pontonnage pour traverser les domaines des seigneurs, pour user de leurs ponts et de leurs bacs, les droits de foires et de marchés, d’étalage, de bouteillage, de minage, de halage, de havage, de méage et rebillotage : et les prestations, et la milice, et les charrois militaires, et le logement des troupes de passage ! et de  fournir la corvée ordinaire et extraordinaire…

Et l’auteur d’évoquer les guerres et la longue litanie des disettes et famines : 1684, 1709 qui dépeupla vraiment la France, 1714, 1720, 1725, 1740, 1741, 1752, 1759, etc, etc. Et des épidémies encore…
L’intérêt de ces pages – que je vous invite à lire – est aussi qu’on y découvre le regard que jetaient les contemporains sur ce bas peuple, à peine humain. Au travers des témoignages de la spirituelle mais peu pitoyable Mme de Sévigné, du voyageur Cambry, des fonctionnaires et aussi, évidemment, des gens d’église dont nos braves curés.
Et l’on découvre enfin le sort peu enviable de la lie de cette lie, ces mendians, vagabons, gens sans aveu, que le bon roi Louis XV dit le Bien-Aimé (enfin, plus précisément son régent Philippe d’Orléans) enjoint par l’Ordonnance du 10 mars 1720 de se retirer dans les lieux de leur demeure ordinaire (sic) ou de s’occuper à des professions utiles, sous peine d’emprisonnement ou d’envoi aux Colonies.

Terreur et terreau fertile pour l’émergence des bandes de voleurs en Bretagne et ailleurs.

La méthode de recherches de Jean LORÉDAN

Au-delà du sujet, je tenais à partager avec vous ma « découverte », car l’ouvrage a été réalisé à partir de recherches – au début du XXe siècle donc – dans toutes les archives de Nantes et de Bretagne. Une démarche de recherches que Jean Lorédan expose – avec bien peu de modestie – dans la préface de son ouvrage. Et quand il évoque la découverte de deux pièces relatives à Marion et ses comparses, je comprends fort bien son enthousiasme, celui du chercheur… qui trouve ! Et ressuscite presque, grâce à la richesse et la diversité de nos archives, ces personnages disparus.

Dans un passage de son livre, repris dans l’article de l’Ouest-Eclair, voyez comme Jean Lorédan, amoureux des vieux papiers, « raconte » le registre paroissial dans lequel il a trouvé l’acte de baptême de Marie-Louise Tromel alias Marion du Faouët :

L’acte constatant sa naissance et qu’on avait cru détruit, disparu dans quelqu’une de ces tourmentes qui ont, hélas, emporté tant de vieux papiers, existe encore. Il fut inscrit dans un gros registre par un prêtre « vénérable » peut-être et « discret » comme il est dit sur certains confessionnaux au fond des chapelles antiques, mais bien inhabile en l’art d’écrire.

[Ce registre] est rongé un peu aux coins, moisi un peu, recouvert d’un vieux feuillet de plein-chant, bon parchemin pointillé de notes carrées, rouges, noires. Des écritures diverses et fort maladroites pour la plupart, et fort hésitantes, cheminent, titubant le long de ses pages. Des paraphes compliqués l’ont éclaboussé d’encre, bien jaune à présent et pâle. On y voit des signatures naïves et rudes, et raides, au bas d’un acte de naissance, ou de mariage, ou de sépulture, des signatures de prêtres, de notaires et procureurs, de magistrats ruraux, de grands seigneurs campagnards, des signatures de pauvres paysans qui se sont appliqués, traçant leur nom d’une grosse écriture ronde ou bien en grandes capitales zigzagantes…  [...] Ses feuillets sont timbrés du timbre spécial et réglementaire, à couronne royale, posée sur les hermines de Bretagne, à banderole sur laquelle courent ces mots « Moy. P. 2 sols. Bretagne ».

Acte de Baptême de Marie-Louise TREMEL, 1717, Le Faouët

La citation « spirituelle mais peu pitoyable »

« On dit qu’il y a cinq ou six cents bonnets bleus en Basse-Bretagne
qui auraient bien besoin d’être pendus pour leur apprendre à parler.
»

Mme de Sévigné dans une lettre à sa fille datée du 3 juillet 1675

  • La première illustration de ce billet est l’œuvre de Joëlle Delain, peintre-illustratrice et plasticienne spécialisée dans la mise en valeur du patrimoine bâti et naturel, Lignol, Morbihan.
    Une aquarelle d’après la série française « Marion du Faouët, chef de voleurs », 1997, avec l’actrice Carole Richert. Le roman qui a inspiré la série télé : « Marion du Faouët, brigande et rebelle, 1717-1755 », par Catherine Borgella.
  • Pour les jeunes : « Marion du Faouët ou la révolte des gueux », Margot Bruyère, 2008.


Partager :
  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Digg

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Marion du Faouët, chef de bande dans la Bretagne du XVIIIe siècle

  1. mistike dit :

    Interessant ! Je me disais bien aussi, que j’avais vu un film qui ressemblait bien a l’histoire de cette Marion… je ne savais pas que c’etait une histoire vraie, mais j’avais beaucoup aime.

    En revanche ce Monsieur Loredan est bien moins sympathique… en effet particulierement condescendant dans les quelques extraits que tu publies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>