124 ans : nouveau record de longévité humaine ? (la suite, 2/2)

Dans mon précédent article, je vous présentais Denis GAIGNARD, habitant de Luché (Maine angevin). Selon le curé du village, le brave homme est décédé à l’âge de 124 ans, ce qui fait de lui le doyen de l’humanité.

Toutefois, titillée par le doute, j’entreprends quelques recherches dans les registres des Archives de la Sarthe.

Préambule : Que savons-nous de Denis GAIGNARD ?

Son acte d’inhumation daté du 22 février 1760, nous apprend que :

  • il a été marié en seconde noce, à défunte Françoise ROUSSEAU ;
  • il a un fils prénommé René,
  • un neveu du nom de Pierre LE VALET.

Ier acte : Trois mariages et un enterrement

Je commence par rechercher le mariage GAIGNARD x ROUSSEAU.

Je trouve en 1721, toujours à Luché, le mariage non filiatif (comme c’est souvent le cas pour les remariages) d’un Denis GAIGNARD, avec une Françoise ESNAULT, veuve de René BALLIGANT. Diantre, le nom de la femme ne colle pas, donc de nouveau la même question : s’agit-il du bon Denis GAIGNARD ? Une réponse positive m’est suggérée dans l’acte lui-même, qui mentionne le fait que Denis GAIGNARD est veuf d’une certaine Louise VALET. Or vous vous en souvenez, l’un des témoins à son inhumation est un neveu qui se nomme justement LE VALET.
L’acte me donne aussi les noms de deux autres neveux de Denis GAIGNARD : Jean et Nicolas SALLÉ.

Avant de poursuivre, clarifions le « mystère Françoise » : ROUSSEAU ou ESNAULT ?

  • Sur son acte de décès, le 26 février 1749, le curé la nomme Françoise ESNAULT. Est donc témoin Denis GAIGNARD son époux, ainsi qu’un fils de son premier mariage, André BALLIGANT.
  • Sur l’acte de son premier mariage avec René BALLIGANT en 1708 à Luché, elle se nomme Françoise… ROUSSEAU.
  • On peut donc conclure qu’il s’agit de la même et unique Françoise.

Ceci confirme donc définitivement le fait que le mariage GAIGNARD x ESNAULT (ROUSSEAU) est celui de Denis GAIGNARD décédé en 1760. Je peux donc maintenant partir à la recherche de son premier mariage avec Louise LE VALET. Filiatif, je l’espère…

Le mariage de Denis GAIGNARD avec sa première femme, Louise LE VALET

Après moult recherches, l’acte m’apparaît dans les registres de Saint-Mars-de-Cré, le « dernier juin 1695 ». Et comble de malchance (en fait, si vous aviez été présents, vous auriez entendu toute une collection de noms d’oiseaux ;-)) : il n’est pas filiatif. Toutefois, deux de ses frères sont présents : Estienne et Louis.
Pour couronner le tout, l’âge des époux n’est mentionné sur aucun des actes, ce qui m’aurait pourtant été fort utile ; et évidemment, les « GAIGNARD » pullulent littéralement dans les registres de Luché et des villages avoisinants. Me voilà bien avancée ! Les deux frères GAIGNARD ne me sont pas d’une grande utilité pour le moment.

Récapitulatif de mes découvertes :Recherches sur Denis Gaignard

IIème acte : La descendance de Denis GAIGNARD

Au vu des dates de mariage du-dit Denis, s’il était né effectivement en 1636, il aurait eu 59 ans lors de son premier mariage, ce qui est déjà surprenant, plutôt âgé pour une première union mais pourquoi pas. Et… 85 ans lors du second !

Je reconstitue alors sa descendance, et lui trouve 9 enfants. À la naissance du dernier, il aurait eu 86 ans. Quelle santé !

Le doute n’est maintenant quasiment plus permis : non, Denis GAIGNARD n’est a priori pas né en 1636. Mais pour en avoir le cœur net, je décide de pratiquer la technique que j’applique en cas de blocage, en dépouillant systématiquement les registres de Luché et des villages alentours, pour reconstituer toutes les familles GAIGNARD de la région.

Dénouement : L’ascendance et la naissance de Denis GAIGNARD

Après de nombreuses heures à scruter les registres (aïe aïe aïe mes yeux ;-)), la récompense…

Acte de mariage SALLÉ x GAIGNARD - 1690, Thorée-les-PinsLe 26 juin 1690 à Thorée-les-Pins, une certaine Marie GAIGNARD épouse un dénommé Laurent SALLÉ. Ce nom ne vous rappelle rien ? N’y avait-il pas lors du second mariage de Denis, parmi les témoins, deux neveux : Jean et Nicolas… SALLÉ ? De plus, deux frères de l’épouse sont cités en tant que témoins : Denis et Estienne (nous retrouvons donc Estienne, cité lors du premier mariage de Denis). Et pour finir, oh miracle, cet acte de mariage est filiatif !

Les parents de Denis GAIGNARD seraient donc Estienne, et Jeanne FOUQUAULT. Pour en être sûre, je reconstitue la fratrie des enfants de ce couple.

La « deuxième » naissance de Denis GAIGNARD

Estienne GAIGNARD et Jeanne FOUQUET (eh oui, les curés du pays sont fâchés avec les patronymes :-)) se marient le 1er juillet 1665 à Luché. De cette union naissent :

  • Louis en 1673
  • Denis en 1670
  • Antoine en 1668
  • Marie en 1666

Acte de baptême de Denis GAIGNARD - 1670, Luché

Acte de baptême de Denis GAIGNARD - 1670, Luché (Maine angevin) - © Archives Départementales de la Sarthe, BMS 1668-1678, cote 1 Mi 954 R2

 

La fratrie est presque au complet ! Denis, Louis (cité comme témoin au premier mariage de Denis) et Marie. Mais où est passé Estienne ? Je continue donc à tourner les pages du registre de Luché.

Je découvre alors les enfants du couple Estienne GAIGNARD et Perrine GUILLEMIN. Les dates de naissance semblent corroborer le fait qu’il s’agit d’un premier mariage :

  • Anne en 1662
  • Marguerite en 1657
  • Françoise en 1655
  • Estienne en 1653

Voilà Estienne, fils d’Estienne, bien sûr !

CQFD.

Denis GAIGNARD est donc né le 4 février 1670 à Luché. Ce n’est donc pas le nouveau doyen de l’humanité, mais il est tout de même décédé à l’âge plus que vénérable de 90 ans.

Famille GAIGNARD

Épilogue : Dernières recherches, en forme de point final

Et Denis GAIGNARD, né en 1636 ?

Je n’ai trouvé dans les registres aucun autre enfant né des parents de ce Denis. Pas de descendance non plus. Il se pourrait qu’il soit même décédé en bas âge, mais les registres ne contiennent à cette période que les baptêmes, et ne nous révèleront rien de plus.

 

En conclusion, un généalogiste doit toujours prendre avec des pincettes les dires des curés, surtout s’agissant de l’âge des défunts. Au cours de mes aventures généalogiques sur les traces de Denis GAIGNARD, je suis d’ailleurs tombée sur des approximations similaires :

  • dans l’acte de sépulture de son fils René, il est dit âgé de 75 ans, alors qu’il en a en réalité 66.
  • quant à son épouse Françoise ROUSSEAU / ESNAULT, les différentes mentions de son âge dans les actes permettent de situer sa naissance entre 1682 et 1694, soit 12 ans de marge d’erreur !

Une dernière bizarrerie (en plus du paraphe de 1810) : sur les deux actes de baptême des Denis GAIGNARD, à 34 ans d’écart, le parrain porte le même nom, Denis SIETTE, coïncidence ou un lien effectif entre les familles Gaignard…

La généalogie est toujours un plaisir, celui d’un chercheur qui cherche et qui trouve, même si parfois, les trouvailles ne sont pas à la hauteur de nos espérances….;-)

Si vous souhaitez en savoir plus sur Denis GAIGNARD, vous pouvez télécharger le fichier gedcom rassemblant mes trouvailles (faites un clic droit, et sélectionnez « Enregistrer la cible du lien sous… ».

Et pour ceux que la question de la longévité humaine titillerait, je conseille la lecture de mon article : quelle durée maximale pour la vie humaine ?
L’homme vivra-t-il un jour jusqu’à 150 ans ?

La citation

« Qui trouve cherche, Qui cherche trouve.» ;-)

anonyme


Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à 124 ans : nouveau record de longévité humaine ? (la suite, 2/2)

  1. merci beaucoup pour cette « aventure » avec Denis GAIGNARD. Super interessant et instructif des choses a faire et ne pas faire en généalogie

  2. ldoublet dit :

    quelle patience je vous admire….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>