Des ancêtres en nombres – 3ème partie, degrés de parenté

Arbres généalogiques de Jacques IBERT et Jacques-Henri LARTIGUE - extrait

Après le nombre d’ancêtres et leur numérotation, poursuivons notre épopée généalogique chiffrée avec les différents modes de calcul du degré de parenté.
Compliqué, le calcul du degré de parenté ? Que nenni ! Pas de formules mathématiques alambiquées, juste un simple comptage… mais selon deux méthodes différentes.

Généralités sur les degrés de parenté

Les degrés de parenté : famille, empêchement au mariage, successions

Les degrés de parenté et leurs appellations nous servent évidemment à positionner chaque individu au sein de la famille et à décrire ces liens de sang qui justement constituent la famille. Mais le degré de parenté joue aussi un rôle important pour deux événements de la vie que le généalogiste connaît bien : le mariage et, après le décès, la succession.

Code Civil des Français - an XII - 1804En droit civil français, la consanguinité est un empêchement au mariage. La loi (Code Civil art. 161 à 163) – que nous n’allons pas détailler ici – prohibe par exemple les mariages entre oncle et nièce ou tante et neveu. Il s’agit d’un empêchement grave, dit dirimant, et qui conduit à la nullité du mariage (cas de l’inceste par exemple). Il peut toutefois dans certains cas faire l’objet d’une dispense par le Président de la République.
Le droit français tire son origine, ses règles et son vocabulaire du droit canon. L’Église catholique mène en effet une lutte de longue date contre les mariages entre parents. C’est d’ailleurs une riche source d’informations pour les généalogistes (les dispenses de consanguinité, et parfois, un arbre dessiné dans un acte, cf. l’exemple dans l’article sur l’implexe).

Le degré de parenté joue aussi un rôle primordial dans la dévolution successorale. Les héritiers potentiels d’un défunt sont tous ses parents jusqu’au 6ème degré (en droit civil). Les liens du sang permettent ensuite de classer les héritiers par ordres puis degrés, déterminant rien moins que leur éligibilité et leur part d’héritage (cf. détails dans le fichier Excel téléchargeable ci-dessous).

Les degrés de parenté : un riche vocabulaire

Carte Postale (Finistère) - C'est pour la noce du grand-cousin Jean-PierreLa numérotation Sosa nous a permis d’évoquer les ascendants : père et mère, grands-parents, arrière-grands-parents…Pour décrire la famille, il faut ajouter les collatéraux ainsi que les descendants : frères et sœurs, oncles et tantes, neveux et nièces, cousins germains… Tous ces termes peuvent ensuite se décliner (presque) à l’infini avec les préfixes « grand », « arrière » et « petit », qui ajoutent à chaque fois un degré d’éloignement. Les conjoints de ces parents prennent la même dénomination, à laquelle on peut éventuellement ajouter la précision « par alliance ».

Dans les registres, on découvre parfois un cousin issu de germain, appelé aussi « remué de germain ». L’expression désigne des personnes issues de deux cousin(e)s germain(e)s.
Plus rarement, on croise un oncle ou une tante à la mode de Bretagne – on dit aussi un oncle breton, ou un oncle ou une tante à la mode de Bourgogne. Dans ce cas, pour un enfant, il s’agit d’un(e) cousin(e) germain(e) du père ou de la mère ou de son époux/-se. Par extension, l’expression peut désigner un parent éloigné avec lequel le lien de parenté n’est pas clairement établi.

Assez de littérature, passons au « calcul » !

Calcul des degrés de parenté

Il existe deux modes de computation du degré de parenté entre deux individus. Ces méthodes commencent toutes deux par l’identification de l’ancêtre commun aux deux personnes dont on veut établir le degré de parenté.
Le calcul est plus aisé sur une représentation graphique d’une généalogie. Notez aussi que votre logiciel de généalogie peut peut-être le réaliser pour vous (Généatique propose même d’établir le chemin des individus reliant, via les liens du sang mais aussi les alliances, deux personnes d’une généalogie).

Arbres généalogiques de Jacques IBERT et Jacques-Henri LARTIGUE - extrait

Arbres généalogiques de Jacques IBERT et Jacques-Henri LARTIGUE - extrait | Yvon Généalogie

Le degré de parenté en Droit Civil

En droit civil pour calculer le degré de parenté entre deux individus, on part du premier concerné puis on compte toutes les personnes constituant le lien du sang jusqu’au deuxième individu (en commençant à « 1 » sur le père / la mère ou l’enfant selon les cas).
Le droit civil québécois applique la même règle.

Dans ce mode de computation, seront parents :

  • au 1er degré : un père et son fils :
  • au 2ème degré : une sœur et un frère, un grand-père et sa petit-fille ;
  • au 3ème degré : un oncle et son neveu, un arrière-grand-père et son arrière-petit-fils ;
  • au 4ème degré : deux cousins germains ;
  • et nos fameux cousins issus de germains ? … au 6ème degré bien sûr ! ;-)

Lien de parenté entre Marguerite LARTIGUE et Henri LARTIGUE en droit civilDans l’exemple ci-contre, Marguerite LARTIGUE, mère du compositeur Jacques IBERT (1890-1962) est cousine germaine d’Henri LARTIGUE, père du célèbre photographe Jacques-Henri LARTIGUE (1894-1986). Ils sont donc parents au 4ème degré.
À vous de jouer : avec ce mode de calcul, quel est le degré de parenté entre Jacques IBERT et Jacques-Henri LARTIGUE ? Ils sont donc…

Le degré de parenté en Droit Canon

Lien de parenté entre Marguerite LARTIGUE et Jacques-Henri LARTIGUE en droit canonEn droit canon, pour deux descendants d’un même ancêtre, on compte sur chaque lignée le nombre de générations séparant chaque individu de l’ancêtre commun (on peut aussi procéder en comptant à partir de l’ancêtre commun). Une tante et son neveu sont donc parents du 1er au 2ème degré, des cousins issus de germains au 3ème degré…
Rendez-vous compte, jusqu’en 1215, l’église prohibait les mariages entre parents au… 7ème degré (4ème degré depuis lors) !

Toujours dans la généalogie IBERT-LARTIGUE, Marguerite LARTIGUE, mère de Jacques IBERT, est parente du 2ème au 3ème degré avec Jacques-Henri LARTIGUE, fils de son cousin germain Henri.

Comme dans les opus précédents, voici un petit fichier bonus (tableaux, schémas, etc.) :

format xlsx ou format xls

Alors, les degrés de parenté ont-ils encore des secrets pour vous ?

La citation

« Un cousin, c’est à mi-chemin entre un ami et un frère. »

Franck Oudit


Partager :
  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Digg

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Des ancêtres en nombres – 3ème partie, degrés de parenté

  1. Ping : Généalogie : des ancêtres en nombres (3) - degrés de parenté | RoBot généalogie | Scoop.it

  2. Ping : Ressources généalogiques & outils | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>