Paul DOUMER (1857-1932), 14ème président français

Paul DOUMER a été le 14ème président de la République française. Cet autodidacte – dont ses contemporains diront qu’il est « le fils de ses œuvres » – réalisa sous la IIIème République une brillante carrière politique, qui l’amena jusqu’à l’investiture suprême. Sa présidence prit toutefois fin de manière tragique après une année au pouvoir : il fut assassiné le 6 mai 1932 à Paris.

Tragique, c’est d’ailleurs sans doute le mot qui qualifie le mieux le destin de la famille DOUMER, que nous allons maintenant évoquer.

Joseph Athanase dit Paul DOUMER

La vie de Paul DOUMER

Maison natale de Paul DOUMER | © AD Cantal

Maison natale de Paul DOUMER

Joseph Athanase nait le 22 mars 1857 à Aurillac (Cantal), dans une famille modeste. Notez qu’il ne prit le prénom de Paul, sous lequel il reste connu, que dans les années 1880.
Peu de temps après sa naissance, la famille monte à la capitale ; Paul ne gardera aucun lien, ni personnel ni électoral, avec son Auvergne natale. Son père, cheminot, décède alors qu’il n’est encore qu’un enfant. La misère de la famille est telle que Paul doit travailler dès l’âge de 12 ans.

Il poursuit toutefois avec ténacité ses études en cours du soir à l’école des Arts-et-Métiers, et obtient son baccalauréat ès-sciences, puis, en 1877, une licence de mathématiques. Il vit alors dans la famille d’un de ses camarades, dont il épousera une sœur, Blanche RICHEL, en 1878. Il sera professeur puis journaliste, avant d’entrer en politique, en tant que radical, au milieu des années 1880.

Paul DOUMER sera successivement député de l’Aisne (1888) par deux fois, député de l’Yonne, ministre des Finances par trois fois, gouverneur général de l’Indochine française, président de la Chambre des députés (1905), sénateur de Corse (1912), président du Sénat (1927)… Il est candidat une première fois à l’élection présidentielle en 1906, battu par Armand FALLIÈRES. Il est vainqueur cette fois le 13 mai 1931, contre Aristide BRIAND notamment, et succède à Gaston DOUMERGUE en tant que 14ème Président de la République française.

Le Petit Journal illustré du 22 janvier 1905 dit de lui : Toute la vie politique et administrative de M. Paul Doumer est […] un bel exemple de travail acharné, de méthode impeccable et de volonté.

Généalogie de Paul DOUMER

DOUMER est un patronyme rare, qui possède la même étymologie que… DOUMERGUE, nom de son prédécesseur, dont il est une variante. On le trouve aussi écrit DOUMERC ou DOUMERG dans les registres.
Il s’agit d’une forme languedocienne du nom de baptême Dominique.

Joseph Athanase « Paul » DOUMER descendait d’une famille paysanne du Lot, originaire de Séniergues et Montfaucon (distants de 3 km), au nord de Cahors.

Les chansonniers de l’époque rimaient d’ailleurs, en 1931 :
Nous avions Monsieur Doumergu’
Nous avons Monsieur Doumer
Et tout l’monde s’écrit : Ah mergue !
Si chaque fois on en perd
Un tout petit bout,
Un tout petit bout,
L’prochain s’nommera Monsieur Dou
Puis nous n’aurons plus rien du tout.

Galerie de portraits de Paul DOUMER

Paul DOUMER, gouverneur de l'Indo-Chine de 1896 à 1902

1896-1902

Paul DOUMER, président de la Chambre de janvier 1905 à mai 1906

1905-1906

Paul DOUMER, président de la Chambre des Députes, 1905 | gutenberg.org

1905

Paul DOUMER, 1917

1917

Paul DOUMER, sénateur, 1913 - Agence Meurisse | © Gallica

vers 1925 ?

Paul DOUMER en costume de Président, 1931-1932

1931-1932

 

Paul DOUMER restera dans l’histoire comme le président qui…

Il a perdu cinq de ses huit enfants lors de la Grand Guerre

Paul DOUMER et sa femme à Versailles le 22 mai 1931De son union avec Blanche RICHEL naquirent 8 enfants, dont 5 fils. Pour ses fils, il rédige un ouvrage de morale intitulé « Le livre de mes fils » (publié en 1906, consultable sur Gallica). Ils assureront, après leur père, l’ascension sociale de la famille, en devenant industriel, ingénieur ou encore docteur. Toutefois, les fils DOUMER avaient un funeste rendez-vous avec l’Histoire.

La Grande Guerre enleva à Paul et Blanche quatre de leurs fils, morts pour la France :

  • André, Lieutenant d’artillerie, mort de ses blessures le 24 septembre 1914 ;
  • René, attaché bancaire, capitaine aviateur, « tué à l’ennemi » en 1917 ;
  • Marcel, ingénieur, capitaine aviateur, mort pour la France en 1918 ;
  • Armand, docteur en médecine, gazé, décédé en 1923, mort pour la France.

Les DOUMER perdent aussi en 1918 une de leurs filles, Lucile, épouse CRÉTÉ.
Blanche DOUMER ne quittera jamais le deuil après la mort de ses quatre fils.

C’est un des deux présidents français assassinés dans l’exercice de leurs fonctions

Paul DOUMER

Paul DOUMER

Après Sadi CARNOT, Paul DOUMER est le deuxième président assassiné durant son mandat présidentiel et l’unique président de la République décédé suite à un attentat au XXe siècle. Le 6 mai 1932, alors qu’il assiste à l’inauguration de la vente des écrivains anciens combattants à l’hôtel Salomon de Rothschild, il est grièvement blessé de deux coups de feu par Paul GOURGULOV (ou GOURGOULOFF). Il décèdera dans la nuit.

La nouvelle de l’assassinat du président, transmise vers 16 heures par la TSF, se répand rapidement dans tout le pays et soulève une émotion et une indignation très grandes. Une foule innombrable assista à ses funérailles nationales, le 12 mai, en présence de son successeur, Albert LEBRUN. Son épouse Blanche refusera que sa dépouille mortelle rejoigne le Panthéon.

La personnalité de l’assassin, activiste politique anti-communiste, déséquilibré, d’origine russe, amène rapidement l’affaire à se politiser. Dans les journaux, les éloges, qui font presque de DOUMER un sauveur politique, martyr de la République, se disputent les colonnes aux polémiques. L’Humanité crie au complot et soutient par exemple que l’attentat serait « une manœuvre tendant à précipiter la guerre contre l’URSS ». Paul GORGULOV est guillotiné en place publique le 14 septembre 1932.
Cf. l’article très complet sur le site Crimino Corpus.

Paul DOUMER, 13ème président de la IIIème République, élu un 13 (mai 1931), il aurait dit en plaisantant à un de ses collaborateurs de l’Élysée : Avec des chiffres pareils, je ne peux être qu’assassiné.

Paul DOUMER, 6 mai 1932 | guillotine-cultureforum.net Paul DOUMER, certificat d'admission à l'hôpital Beaujon | Delcampe Paul DOUMER, 1932, chapelle ardente à l'Élysée | Agence Mondial

Pour rajouter au tragique destin du couple DOUMER, il est écrit partout que Blanche est victime en 1933 d’un accident, et meurt dans de terribles circonstances après avoir été renversée par une voiture. Elle serait en fait morte de chagrin.

Enfin, des deux fils de Fernand, seul fils survivant de Paul DOUMER, seul Jean-Pierre eut un – unique – garçon, dont les deux petits-fils perpétuent aujourd’hui le patronyme DOUMER.
Par ailleurs, Philippe NIVET, fils d’Andrée DOUMER et futur attaché parlementaire de Pierre MESSMER, a obtenu via le décret présidentiel du 3 juin 1935 d’ajouter le patronyme DOUMER à son nom de famille.

[Ce dernier paragraphe a été modifié suite au commentaire de Paul DOUMER, que vous pouvez découvrir à la fin de cet article. Je lui présente mes plus sincères remerciements.]

Paul DOUMER à la une des journaux d’époque

Le Petit Journal, supplément illustré du 22 janvier 1905 -Paul DOUMER président de la Chambre | © Gallica BnF

22 janvier 1905

Le Petit Journal, supplément illustré du 17 décembre 1905 - la prochaine élection présidentielle | © Gallica BnF

17 décembre 1905

Le Petit Journal illustré du 10 mai 1931

10 mai 1931

Le Figaro du 14 mai 1931 - Élection de Paul DOUMER

14 mai 1931

L'Illustré du Petit Journal du 15 mai 1932

15 mai 1932

L'Illustré du Petit Journal du 15 mai 1932

15 mai 1932

Paul DOUMER en chansons et en images

Hymne à Paul DOUMER, 1932 | © AD CantalÀ l’occasion de son élection à la présidence de la République, un hommage lui est rendu par son pays natal. Un hymne est mis en musique par Paul DEBRONS (compositeur, 1881-1941), avec des paroles d’Alfred PRODY. Le début de la chanson donne le ton : Quelle fierté pour la terre auvergnate d’avoir vu naître et grandir Paul Doumer. Il évoque ensuite l’ humble maison, les quatre fils morts à la guerre, la belle carrière républicaine… [source Archives Départementales du Cantal]

Le Charivari, journal satirique, publiait quant à lui le 12 mai 1932 une autre sorte d’hymne (paroles de Raymond SOUPLEX, 1901-1972, sur une musique de Gaston CLARET), dont voici les premières lignes :

Le Charivari, 12 mai 1931 - Paul DOUMER| Delcampe

Maint’nant ça y est, y a rien à faire,
Voilà Monsieur Doumergu’ parti,
Fini ce sourir’ légendaire,
Que nous aimions tous tant ici.
Monsieur Doumer a pris sa place
Et donc, y a pas à discuter,
Il a un petit air qui glace.
Qui glace… c’est précieux en été.
C’est p’t-être bon pour la limonade,
Mais… c’est fini la rigolade.

Paul DOUMER caricaturé par B. MOLOCH, vers 1900 Paul DOUMER caricaturé par Noël DORVILLE en 1902 La course à la présidentielle, 1931 | Delcampe

 

Citations de Paul DOUMER

Sache vouloir, fais ce que dois !
[Le livre de mes fils, 1906, page 21]

Un homme n’est grand que s’il a vu la mort de près et l’a regardée en face, froid et impassible.

 

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Paul DOUMER (1857-1932), 14ème président français

  1. Cantin dit :

    Toujours très intéressant ce blog.
    Merci.

  2. Ping : 1912 | Pearltrees

  3. DOUMER Paul dit :

    Je me permets de vous signaler une erreur quand vous affirmez que Jean-Pierre et René DOUMER n’ont pas eu de fils .
    C’est exact pour René DOUMER, mais faux pour Jean-Pierre DOUMER puisque je suis son fils unique né le 2/12/1944, père de deux fils et grand-père de deux garçons.En conséquence le patronyme DOUMER n’est actuellement pas menacé.
    Ensuite je vous signale que Jean-Pierre et René DOUMER étaient des petits fils du Président DOUMER
    Je me tiens à votre disposition pour renseignements complémentaires.
    Quant au fils d’Andrée DOUMER le nom de DOUMER est toujours plus marquant que NIVET pour faire carrière en politique…. quoique de nos jours cela soit devenu courant .

    • Renan dit :

      Bonjour,
      Je vous remercie vivement pour votre commentaire, que j’ai lu avec grand intérêt – et même un peu d’émotion, comme si à travers vous le défunt président, revenu du passé, m’avait interpellé !
      J’avais obtenu ces informations dans une thèse de 2011 d’Amaury Lorin intitulée Un « régicide républicain », qui tenait apparemment l’information de Philippe Nivet-Doumer. J’aurais dû d’ailleurs citer ma source – deuxième mea culpa – source qui est toutefois intégrée dans le Pearltree consacré à Paul DOUMER, que je vous invite à consulter.
      Je vais corriger l’article.
      Avec toute ma gratitude.
      Renan

      • Monsieur, les remarques de mon jeune cousin qui ont été publiées sur votre blog
        m’incitent à vous faire part de quelques observations :
        Lorsqu’en 1935 (j’avais 2 ans) le Président Lebrun a estimé que le nom de Doumer ne devait pas s’éteindre puisqu’à l’époque les fils de Fernand n’avaient pas de descendance, je ne pouvais guère imaginer « faire carrière dans la politique » grâce à mon nom. Si, bien plus tard, par un concours de circonstances, je suis devenu très proche de Pierre Messmer en participant notamment à tous ses cabinets comme conseiller, ayant une véritable dévotion pour lui jusqu’à sa mort, si j’ai été membre du Conseil Economique et Social puis pendant 12 ans élu de Paris et adjoint au Maire de la capitale, j’espère bien ne pas avoir dû cette vie riche et passionnante à mon nom.
        J’ai écrit à mon jeune cousin pour lui dire que c’était bien de se souvenir aujourd’hui avait un famille Doumer, car cela fait des décennies qu’oncles, tantes, cousins et cousines n’avaient entendu parler de lui pour le moindre événement familial, mais peut-être, se souviendra-t-il qu’il a bénéficié grâce à moi (qui ai fait mon service militaire en Algérie comme sous-lieutenant) qu’il a bénéficié d’un service militaire « à la carte » à proximité de son domicile. J’ai quant à moi j’ai été élevé par ma mère dans la vénération de mon arrière-grand-père et de mon grand-père René Doumer, chef d’escadrille l’un des As de la guerre de 1914-18, tué en héros à 28 ans en 1917. J’ai vécu toute ma vie avec ces exemples en essayant, avec ardeur mais avec peine, d’être à la hauteur de ces valeureux ancêtres. Au soir de ma vie j’espère ne pas les avoir trop déçus.
        Avec ma considération distinguée.
        Philippe Nivet-Doumer
        Chevalier de la Légion d’Honneur

    • hess leah dit :

      savez vous si paul doumer a laisse des toiles
      ?
      etait il peintre a ses heures ?

      • Renan dit :

        Bonjour,
        Je ne saurais vous répondre avec certitude, toutefois, à ma connaissance Paul Doumer n’était pas peintre.
        Peut-être son petit-fils pourra-t-il nous éclairer sur ce point ?
        Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.