Pierre BOULLE (1912-1994), écrivain, né en Avignon (Vaucluse)

BOULLE-Pierre-gros-plan

Pierre BOULLE, ce nom de vous dit rien ? Pourtant vous le connaissez. Vous avez forcément déjà entendu cette version sifflée de La Marche du colonel Bogey (à écouter ici). Et vous avez déjà vu le film La planète des singes !

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le destin peu ordinaire de cet homme, dont on fête le centenaire de la naissance.

Dans une première partie, explorez sa vie et son œuvre, puis dans une deuxième partie sa généalogie.

Pierre BOULLE (1912-1994), l’homme aux quatre vies 1

Enfance avignonnaise sans nuages, un drame, et une formation d’ingénieur à Paris (1912-1933)

Avignon (84) : 25, rue des Études, maison natale de Pierre BOULLE | Google streetview

Pierre naît le 20 février 1912 dans une famille de la bourgeoisie avignonnaise. Son père Eugène est un avocat lettré et brillant, et sa mère, Thérèse Seguin, sera pour lui un modèle de courage et de modestie. Il passe en Avignon un enfance heureuse, proche de la nature grâce au cabanon familial de « l’Ilon » sur le Rhône.
Après le lycée, il réussit le concours d’entrée à l’École Supérieure d’Electricité de Paris (Supélec), dont il sort ingénieur diplômé en 1933. Il revient alors en Avignon pour travailler. Entre-temps, son père est décédé (1926) et « l’Ilon » a été vendu…

Ingénieur dans la forêt tropicale en Malaisie (1936-1939)

En 1936 il est embauché par la SOCFIN, une firme britannique qui lui offre un poste d’ingénieur agronome… en Malaisie. Il travaille dans une plantation d’hévéas à 50 miles de Kuala-Lumpur.
Alors le jeune Pierre observe, s’imprègne, s’étonne… et amasse ainsi sans le savoir la matière et les décors de ses romans futurs. Mais la guerre arrive.
Après la guerre, il séjournera et travaillera de nouveau pendant trois ans en Malaisie.

Pierre BOULLE dans la guerre, en Asie (1939-1946)

Mobilisé en novembre 1939 à Saïgon, il multiplie les affectations en Cochinchine. Il est démobilisé en avril 1941. En juillet de la même année, il revient à Singapour (toujours la Malaisie) et s’engage dans les Forces Françaises Libres. Il devient officier de liaison (Sous-Lieutenant) du commandant Baron, responsable de la France Libre auprès des Britanniques. En août, en stage auprès de l’Intelligence Service anglais, il apprend les techniques d’espionnage et notamment à… faire sauter des ponts !
Force 136 du SOE | Burma Star AssociationÀ partir de janvier 1942, sous l’identité de Peter John Rule, ressortissant anglais, il part en mission contre les Japonais, alliés des Allemands. En août, il descend le fleuve Namna dans l’espoir de gagner Hanoï, sur une embarcation de bambous qu’il a fabriquée. Au terme de ce périple rocambolesque, il est capturé et en octobre une cour martiale pétainiste de Hanoï le condamne aux travaux forcés à perpétuité.

Deux ans plus tard, en 1944, il parvient à s’évader de Saïgon et rejoint la Force 136 du SOE en Asie du Sud-Est à Calcutta. Lorsqu’il retrouve la France libérée par le général de Gaulle et les Forces françaises libres, les gouvernements français et anglais le couvrent de médailles pour ses exploits : Croix de Guerre, médaille de la Résistance, War Medal…

Pierre BOULLE, l’écrivain

Le pont de la rivière Kwai, 1957, film de David Lean | western-maniac.forum-pro.frWilliam Conrad, premier roman de Pierre BOULLE, est publié en 1950. Il avait 38 ans et aucune formation littéraire, mais son histoire d’agents secrets a une aura d’authenticité qui séduit la critique.
Mais c’est Le pont de la rivière Kwai, publié en 1952 chez Julliard et Prix Sainte-Beuve la même année et son adaptation cinématographique en 1957 par David LEAN (7 oscars) qui lui offrent la célébrité mondiale.

 

En 1963 paraît le best-seller La planète des singes, considéré aujourd’hui comme un grand classique de la science-fiction. Le roman a fait l’objet de sept adaptations au cinéma – la dernière en 2011 – une série télévisées, des bandes dessinées…
La planète des singes, 1968Aucune des adaptations n’a jamais été vraiment fidèle à la version originale.
À relire donc ! ;-)

L’œuvre de Pierre BOULLE est avant tout un questionnement sur la nature humaine. Le romancier fut, avec Jacques SPITZ et René BARJAVEL mais après José MOSELLI, un des pionniers de la science-fiction française. En 1976, pour l’ensemble de son œuvre, Pierre Boulle reçut le Grand Prix de la Société des gens de lettres.

Œuvres posthumes de Pierre BOULLE

Pierre BOULLE fut crématisé et ses cendres déposées dans la case 40 598 du columbarium du Père Lachaise à Paris. En novembre 2002, elles furent transférées dans le caveau de famille du cimetière Saint-Véran (Avignon), dans la 1ère division.

Pierre BOULLE (1912-1994), écrivain | planetasimios.comCinq ans après la mort de Pierre Boulle, sa nièce, qu’il avait élevée comme sa propre fille, et son mari découvrirent de nouveaux manuscrits inédits dans les archives de l’auteur. Presque illisibles, il fallut repasser une à une les vingt mille pages découvertes pour les restaurer. À l’issue de ce fastidieux travail, un nouveau roman sortait de l’oubli : L’Archéologue et le Mystère de Néfertiti, probablement écrit entre 1949 et 1951, et désormais paru au Cherche-Midi en 2005, ainsi que des nouvelles inédites ou méconnues, réunies en un recueil : L’Enlèvement de l’Obélisque.
Françoise et Jean LORIOT ont fait don des manuscrits de Pierre BOULLE à la Bibliothèque nationale de France.

Pierre BOULLE (1912-1994), un illustre avignonnais (généalogie)

« BOULLE », un nom rare et tout en rondeur

Avec seulement 580 naissances entre 1891 et 1915 en France, le nom de famille BOULLE n’est pas très fréquent (classé 2176ème, très loin derrière son équivalent BOULET) 2.

Comme l’écrit joliment Marie-Thérèse Morlet, le patronyme BOULLE (ou BOULE) est à l’origine un surnom évoquant la rotondité. Un lointain ancêtre devait donc être bien portant, comme on dit dans nos campagnes, et a légué cette caractéristique physique remarquable à ses descendants.

généalogie de Pierre BOULLE, écrivain français (1912-1994)

Une ascendance paternelle dans le Vaucluse et… les Ardennes

Pierre BOULLE est né en Avignon (84 Vaucluse), où l’on trouve une grande partie de son ascendance paternelle, et aussi maternelle – jusqu’à la Révolution. Il a deux sœurs, Madeleine (femme PERRUSSET) chez qui il résidera après son retour de Malaisie, et Suzanne.
signature d'Eugène BOULLE, 1847Son arrière-arrière-grand-père Jean Louis François était originaire du village de Lapalud, à 50 km au nord d’Avignon. Décédé en 1844, il est à date le plus ancien ascendant de la branche patronymique identifié – les archives du Vaucluse ne sont pas encore en ligne. La famille pourrait donc être originaire du Vaucluse, mais aussi d’Ardèche, du Gard ou de la Drôme tous proches.

Le grand-père paternel de Pierre, prénommé Marius, épousa Marie Louise Claudine JONNART, née en Avignon mais dont la famille est originaire des Ardennes (08), canton de Charleville-Mézières. C’est Jean-Baptiste, arrière-grand-père de Pierre né à Saint-Laurent (08) en 1818 qui épousa en Avignon en 1846 Anne Élisabeth MAGNY, de souche avignonnaise.

Dans la famille BOULLE, on exerce des métiers de bureau : employé des Postes, comptable, avocat… Les JONNART (ou JONARD) étaient armuriers et militaires, les MAGNY maçons… Étonnamment, on trouve peu de représentants du monde paysan dans l’ascendance de Pierre BOULLE.

Une ascendance maternelle avignonnaise connue dans l’imprimerie

La branche maternelle de Pierre BOULLE est issue d’une famille bourgeoise d’Avignon, les SEGUIN, imprimeurs-libraires depuis le XVIIIe siècle. Faut-il voir là l’origine de sa vocation d’écrivain ?
Le patronyme SEGUIN (ou SÉGUIN) est assez courant et vient d’un nom de personne d’origine germanique (de sig-, victoire, et -wim, l’ami). 

François SEGUIN acheta en 1796 l‘hôtel de Brancas, situé au n° 13 de la rue de la Bouquerie. L’imprimerie s’installa plus tard sur un terrain adjacent et l’Hôtel de Brancas fut transformé, après 1916, en école communale de filles.

Mirèio de Frédéric MISTRAL, 1859, Seguin imprimeur-libraire en AvignonLa famille SEGUIN soutint le Félibrige, que nous évoquions dans l’éphéméride de janvier 1912, et publia en 1959, à l’hôtel de Brancas, Mireille de Frédéric MISTRAL (1830-1914), cf. ci-contre (et à lire sur Gallica). Mirèio est un long poème en provençal (langue d’oc), en vers et en douze chants, qui raconte les amours contrariées de Vincent et Mireille, deux jeunes provençaux de conditions sociales différentes.

On trouve dans l’ascendance SEGUIN, très urbaine, de nombreux commerçants et artisans (marchand, cordonnier, cafetier…). Mais elle compte aussi quelques notables, comme Jean François Agricol3 BASTIDE, chirurgien, Joseph Eugène BASTIDE, juge au tribunal civil et adjoint au maire d’Avignon, Jean Bruno BUSQUET, docteur en médecine, chirurgien en chef des Hospices, Antoine PONS, notaire royal…

La genèse de Mirèio

  • 1851. Frédéric MISTRAL reprend un projet esquissé « voilà une année ou deux », dans lequel l’héroïne s’appelait déjà Mireille mais était une « belle vendangeuse », il met en chantier Mirèio.
  • 1852 – 1855. Au printemps 1854 (21 mai), avec Roumanille et plusieurs poètes amis d’Avignon et des alentours, il fonde le Félibrige. Cette même année, Mistral achève une version complète de Mirèio.
  • 1856 – 1858. Mistral révise et enrichit Mirèio, dont il rédige la traduction française. A l’été 1858, il se rend à Paris, où Lamartine le reçoit avec une bienveillance qui le touche profondément.
  • 1859. En février, Mirèio sort des presses de l’imprimerie Séguin, à Avignon, sous la marque de la librairie Roumanille. De mars à juin, Mistral est à Paris, pour le lancement de son livre, bien accueilli par la critique, surtout après le retentissant Quarantième Entretien que Lamartine lui consacre, en mai, dans son Cours familier de littérature.
  • 1859 – 1864. L’oeuvre poursuit sa carrière, brillamment : à l’automne 1859, une nouvelle édition paraît à Paris, chez Charpentier ; en 1861, le poème est distinguée par l’Académie Française (notamment grâce à l’appui de Vigny) et en 1863 Gounod entreprend d’en tirer un opéra (sur un livret de Michel Carré), créé en mars 1864 à Paris, au Châtelet. La même année est publiée à Barcelone, une première traduction intégrale, en catalan.

Source : site de Maillane (Bouches-du-Rhône), par Claude Mauron, professeur à l’Université de Provence, Aix-Marseille.

Noms et lieux de la généalogie de Pierre BOULLE

  • Avignon (84) : ANASTAY, AUBENAS, AVON, BARNOUIN, BASTIDE, BUSQUET, DESANDRÉ, DUCROS, CHOSSON, GARANJOUX, IMBERT, JONNART, LEFRANC, LHERMITTE, MAGNY, PONS, PONTION, PUJOLAS, RADAL, SEGUIN, TACCUSSEL, VERNAY
  • Ayvelles (Les) (08) : PAPEAU, JONNART
  • Bazeilles (08) : LEFRANC
  • Beaucaire (30) : ANTHOINE / ANTOINE, PUJOLAS
  • Bédarrides (84) : ANASTAY, PONS, VERNAY
  • Carpentras (84) : LHERMITE / LHERMITTE
  • Jonquières (11) : PONS
  • Lapalud (84) : BARNOUIN, BOULE / BOULLE
  • Lyon (69) : GARANJOUX
  • Paris (75) : BOULLE
  • Remilly-les-Pothées (08) : GOUTANT / GOUTAND, JONNART / JONARD, VAUCHER / VAUCHET
  • Roquemaure (30) : PONTION
  • Saint-Laurent (08) : LECOMTE, LEFRANC, JONNART / JONARD, JOURDIN
  • Saze (30) : BUSQUET

Retrouvez la généalogie de Pierre BOULLE sur GeneaNet ou GeneaStar.
Ici, des liens Internet et des vidéos concernant Pierre BOULLE.
Et les œuvres de Pierre BOULLE.

La citation de Pierre BOULLE

« Des hommes raisonnables ? Des hommes détenteurs de la sagesse ? Des hommes inspirés par l’esprit ? Non, ce n’est pas possible ; là, le conteur a passé la mesure. »

La planète des singes, 1963

1. Sources pour la biographie de Pierre BOULLE :

2. Source geopatronyme.com.

3. « Agricol » : prénom surprenant venant de Saint-Agricol, évêque d’Avignon entre 660 et 700 et patron de la ville depuis le XVIIe siècle.

 

Partager :
  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Digg

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Pierre BOULLE (1912-1994), écrivain, né en Avignon (Vaucluse)

  1. Ping : Pierre BOULLE (1912-1994), écrivain, né en Avignon (Vaucluse) | Yvon Généalogie | GenealoNet | Scoop.it

  2. Ping : Pierre BOULLE (1912-1994), écrivain, né en ... - Yvon Généalogie | La Gazette des ancêtres | Scoop.it

  3. mazel dit :

    merci de m’avoir envoyé cet article fort intéressant sur Pierre Boulle,
    quelques autres belles découverte chez vous, je vais donc partir en exploration…
    bonne journée

  4. MORIN dit :

    Etudiant la famille BUSQUET (du côté de ma grand mère paternelle), famille originaire de Saze, grâce à vous je trouve Pierre BOULLE dans ma généalogie. Merci

  5. DREYER dit :

    Plus connu aux Etats-Unis (surtout par « la Planète des Singes » et « Le Pont de la Rivière Kwai », ses deux romans les plus célèbres) qu’en France, qu’à AVIGNON, l’Avignonnais Pierre BOULLE est né il y a exactement 100 ans, le 20 février 1912 et personne, à AVIGNON, ne pense à célébrer l’événement ! Il y a bien eu la semaine dernière une conférence de l’Académie d’Avignon, avec un exposé très documenté, émouvant même, de Mme MAYNEGRE, mais nulle commémoration, nulle fête. C’est bien dommage, car AVIGNON peut être fière de son fils !

    Silence radio également du coté de la très officielle Association des Amis de Pierre BOULLE, à part l’inscription de ce centenaire au nombre des commémorations de l’année

    sur le site http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-2012/litterature-et-sciences-humaines/pierre-boulle

    Il a fallu que des Marseillais s’en empare ! Plus exactement, l’association des Anciens du Centre d’Etude du Commerce Extérieur / Centre Supérieur des Transports Internationaux. Il s’agit d’une formation de troisième cycle, intégrée à l’Ecole de Commerce de Marseille EUROMED MANAGEMENT. Il faut dire que parmi les 1600 diplômés dans 50 pays, il s’en trouve un qui est hôtelier à KANCHANABURI.

    KANCHANABURI ??? qui connait ? quel Avignonais peut le situer sur une carte ?

    C’est la ville où est construit LE PONT DE LA RIVIERE KWAI !!!

    Et que font ces Marseillais ? Ils ont décidé de faire fabriquer une statue de Pierre BOULLE ! Et en décembre 2012, ils se rendront (un groupe d’une vingtaine de personnes est déjà constitué) pour dévoiler la statue, exactement en face du Pont de la Rivière Kwai !!!

    Les 10000 Euros de la souscription pour le prix de la statue sont partages 50/50 entre la Thaïlande et la France.
    La part thaïlandaise est déjà couverte !
    AVIGNON se montrera t elle à la hauteur de l’événement ?

    Bernard DREYER
    AACECE/CSTI Le Club
    Marseille
    06 21 75 15 69

    • Renan dit :

      Bonjour Bernard,
      Merci pour ces informations.
      Nous partageons tout à fait votre déception et saluons l’initiative marseillaise pour le centenaire de la naissance du romancier. Tenez-nous au courant de son avancement, nous nous ferons un plaisir de relayer ces nouvelles sur le blog et de publier une photographie de la statue de Pierre BOULLE !
      Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>