Acte pas banal : médecine légale au XVIIIe siècle
avatar

Voici donc le premier acte pas banal promis hier, je vous laisse le découvrir… ❗

Énigme judiciaire : autopsie et exhumation en 1768

Acte consigné par le curé MARTIN dans les registres paroissiaux de Saint-Christophe-des-Bois (Ille-et-Vilaine).

Exhumation de Jeanne CHEVREL - Saint-Christophe-des-Bois (35)

1 Le onze avril mil sept cent soixante et huit fut trouvée
2 morte, dans le grand chemin de fougeres à vitré vis à vis du Bois de
3 Beau feu, julienne chevrel fem. de paul chanterel dmts
4 à la gaulais en cette psse, de la fût apportée dans le cimetière
5 de St xtophe des Bois par ordre de mrs les juges de vitré
6 mr La plesse thomas Senechal, mr lambert de gennes procureur
7 fiscal, de m et fût fait ouverture de son corps par mr
8 Dubourg paysan en presence de monsieur devoit chirurgien
9 du Roy à vitré et inhumée le lendemain dans le cimetiere
10 de St xtophe des Bois  ——————————————-

1 Le 2e de may meme année la ditte feute julienne chevrel fut exumée
2 par Mrs de Rennes au nombre desquels estoit Monsieur le juge
3 criminel de Rennes et un mr chirurgien et trois autres mrs

© Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, BMS 1768, 10 NUM 35260 97, vue 8

Une mort inexpliquée, une autopsie et une exhumation. Pas banal, n’est-ce pas ?

Notez toutefois qu’au XVIIIe siècle, la médecine légale se pratique déjà depuis fort longtemps, même si elle n’a pas encore les techniques et la popularité qu’on lui connaît aujourd’hui, notamment à travers les séries télévisées. Déjà à l’époque de Charlemagne, le juge doit s’appuyer sur des preuves médicales et demander l’avis d’un médecin en cas de coups et blessures, homicide, suicide, etc. Et il est fait mention d’expert en médecine légale en France dès le XIIIe siècle.

Acte de sépulture de Julienne CHEVREL - BMS Saint-Christophe-des-Bois (35), 11/04/1768Mais nous ne saurons rien de plus à propos du drame survenu à Julienne CHEVREL, (CHEVREUL ou CHEVEREUL) qui était née le 8 octobre 1715 à Saint-Christophe-des-Bois, fille de Pierre, et Perrine MASSON. Elle avait épousé Pierre CHANTEREL le 30 janvier 1734, qui ne fut apparemment pas inquiété par la justice concernant le décès tragique de son épouse. Son acte d’inhumation (ci-contre), daté du 11 avril, ne donne pas plus d’informations sur les circonstances de son décès.

Julienne CHEVREL pourrait être le point de départ d’une passionnante… enquête, à l’issue toutefois incertaine. Cette enquête pourrait démarrer par l’exploration de la Série B (archives des cours et des juridictions d’Ancien Régime) des AD d’Ille-et-Vilaine, et se poursuivre pourquoi pas dans les archives notariales (Série E) !

 

La citation généalogique

« Le couronnement de toute vie humaine est le souvenir qu’on conservera d’elle, et la consolation suprême qu’on promet à l’homme par-delà la mort, c’est la « mémoire éternelle ». »
Ivan Bounine, La Nuit

C’est ce travail de mémoire qu’effectue le généalogiste.

Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Acte pas banal : médecine légale au XVIIIe siècle

  1. Ping : Les surprises du référencement naturel | Le blog de mes blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.