Étude du patronyme YVON, suite (& méthode de recherche 2/2)

Lettrine Y - Dictionnaire de Napoleon Landais, 1834

 

Après avoir exploré dans un premier article son étymologie et sa localisation, poursuivons l’étude du patronyme YVON.

Je vous fournis là encore un résumé de ma méthode de recherche.

Les armoiries de la famille YVON

Il n’y a pas en fait de blason familial connu pour la famille de mon époux, dont les origines sont, comme pour la plupart des Français, modestes et paysannes. En l’absence d’ascendance noble, du moins sur sa branche patronymique, je ne me lance pas dans une recherche dans l’Armorial d’Hozier. Toutefois, par curiosité, je consulte les rubriques héraldiques de FranceGenWeb et GeneaNet.

Armoiries du Comté du Perche | WikipédiaJe découvre uniquement quelques armoiries sur la région Bretagne, comme en atteste l’omniprésence d’hermine sur ces blasons familiaux. Et ce n’est pas la piste symbolique que je choisirai, si je devais créer un blason familial. Il évoquerait sans doute plutôt celui du Comté du Perche, terre des origines de mon mari :

« D’argent à trois chevrons de gueules ».

Quelques YVON célèbres

Pas d’YVON célèbre sur GénéaStar ; on peut dire d’ailleurs que contrairement à certains patronymes, YVON n’évoque pas spontanément de personnage connu. Mais la consultation notamment de l’incontournable Wikipédia et de l’ouvrage « les noms de familles en France » me livre quelques figures du passé ou contemporaines (cf. le résumé de ma méthode de recherche pour plus de détails sur mes sources).

Vous découvrirez par exemple dans cette liste à la Prévert, le chef d’une secte chrétienne, un théologien et un médecin « sarthois », un astronome, un peintre et un écrivain, une patineuse, et un homme politique… qui ne s’appelait en fait pas YVON !

Je vous en présente quelques-uns ci-dessous (les autres sont évoqués à la toute fin de ce billet).

Pierre YVON (1640-1707), le pape des Labadistes

Fut le successeur de Jean de Labadie (1610-1674), théologien jésuite converti au protestantisme et qui fonda sa propre église. Il se retire avec ses disciples en Frise (actuels Pays-Bas) et meurt en 1707. L’église labadiste ne lui survécut que 25 ans.

Il publia Le mariage chrétien, ou encore L’homme pénitent en 1683 (sur Google Books). Dans ce deuxième ouvrage, il se présente comme le « Pasteur de l’Eglise Réformée retirée du monde, & recœüillie maintenant à Wiwert en Frise ». À voir aussi, quelques œuvres de Jean de Labadie (sur Gallica).

Claude YVON (né en 1714 à Mamers, « Sarthe » – 1791, Paris), théologien et encyclopédiste

Par l'abbé yvonThéologien, historiographe du Comte d’Artois, collaborateur de l’Encyclopédie. Il rédigea les articles Âme (pas moins de 17 pages, poursuivies par l’ « Âme des Bêtes »…), Dieu (à vérifier) et… Athées (20 pages !) – pas banal, non? :-).

Sa biographie (sur Wikipédia).

Il rédigea notamment Liberté de conscience resserrée aux bornes légitime en 1754, ouvrage qui est encore en vente… sur Amazon !

Quelques lettres de Claude YVON à Rousseau en 1763 (sur Gallica). La première commence ainsi : « Vous vous êtes trompé, Monsieur, lorsque vous avez cru votre siècle assez préparé par l’esprit philosophique, pour recevoir les fortes & sublimes vérités dont vous avez étonné notre raison. »

Adolphe YVON (1817, Eschviller, Moselle – 1893, Paris 16e, où une rue porte son nom), peintre

Auto-portrait d'Adolphe YVON (1817-1893) | WikimédiaIl réalisa des portraits et des scènes d’histoire, et notamment des scènes de bataille, entre autres de la guerre de Crimée à laquelle il avait participé. Sa biographie sur Wikipédia, ou encore ici, par Hubert Demory.

Vous pouvez trouvez sur la base Joconde ses œuvres en possession des musées français.

Découvrez ci-dessous deux de ses tableaux. Le premier représente la bataille de Solférino (1859). Il expose le seconde au Salon de 1870 : un tableau allégorique colossal de 15 mètres, Les États-Unis d’Amérique, qui est alors très mal accueilli.

Bataille de Solférino, 1859, par Auguste YVON | Wikimédia Le Génie de l'Amérique, 1858, par Adolphe YVON | Saint-Louis Art Museum

Quelques YVON contemporains

  • Robert GUIHENEUF (1894-1986), dirigeant communisteNon, ce n’est pas une erreur ! Cet ouvrier-menuisier adhéra dès sa création en 1920 au Parti Communiste. Onze années passées en URSS lui firent prendre conscience de la réalité du régime soviétique, son totalitarisme et l’extrême précarité des masses populaires russes. Il publia à son retour en France, sous le pseudonyme de Monsieur YVON, de féroces critiques contre l’URSS. Son œuvre reste une référence incontournable pour la gauche anti-stalinienne.

  • Pierre-Jean YVON (né en 1934 à Saint-Malo), écrivain malouinFils et petit-fils de maîtres voiliers et d’un grand-père guide à Saint-Malo, il est l’auteur d’ouvrages comme Les remparts de Saint-Malo ou Les rues et places de Saint-Malo. Quelques-uns sont disponibles sur Amazon.
  • Dominique YVON (née en 1968 à Versailles), patineuse artistiqueAvec son partenaire Frédéric PALLUEL, elle a été deux fois championne de France, en 1989 et 1992.

Des YVON distingués

Légion d'HonneurOutre le peintre Adolphe YVON, fait Officier de la Légion d’Honneur en 1867 (mais je ne suis pas certaine d’avoir trouvé sa notice dans la base Léonore), on recense 24 récipiendaires de cette prestigieuse distinction qui portent le nom de YVON.

On peut consulter en ligne les dossiers complets de trois d’entres eux :

La base des médaillés de Sainte-Hélène (soldats napoléoniens) compte à ce jour 21 YVON : un Sous-Lieutenant, un Brigadier et des soldats, tous originaires de l’Ouest de la France.

D’autres explorations du patronyme YVON

Les autres pistes pour étudier un patronyme sont innombrables. En voici quelques-unes, et la liste n’est pas exhaustive !

Les toponymes contenant « YVON »

On trouve 3 communes contenant le nom YVON, toutes dans l’ouest de la France, en Normandie et Pays-de-Loire (et étonnamment, aucune en Bretagne) :

  • La Chapelle-YvonLa Chapelle-Yvon dans le Calvados (14)
  • La Jaille-Yvon, Maine-et-Loire (49)Doit son nom à Yvon Ier, fils du Comte de Bellême, qui y érigea un château, place forte dominant la Mayenne. On ne retrouve pas la racine « iv » dans le gentilé : les habitants se nomment les Jaonnais.
  • Boisyvon, Manche (50)Du nom de la famille à qui appartenait le fief sous la féodalité. Cette famille s’éteint tragiquement au XVIIe siècle, avec un meurtre fratricide et une décapitation.

Plusieurs lieux-dits bretons et normands contiennent le nom YVON ou une de ses déclinaisons : L’yvonniere & Yvonniere (Calvados), Keryvon (Côtes-d’Armor), Keryvon & Keryvon (Morbihan), et Le Clos-d’Yvon (Seine-Maritime). Mais on trouve aussi Les Yvonnières en Loir-et-Cher et plus surprenant, un lieu-dit de la commune de Gelles nommé Hyvon, dans le Puy-de-Dôme.

Les dictons « YVON »

Un seul dicton trouvé sur Internet…

  • Le Voeu à Saint-Yves, chanson de Botrel | Carte Postale AncienneCraignez le petit Yvonnet, le pire de tous quand il s’y met. L’origine de ce dicton est en fait agricole, liée à la météorologie : Saint-Yves est en effet considéré en Bretagne comme le dernier des saints de glace.

     

  • Le dicton du 19 mai (Saint-Yves / Yvon) : « Mai froid n’enrichit personne ; mais il est excellent quand il tonne », ou encore si l’on est plus optimiste « À la Saint-Yves, beau temps arrive ».

Ci-contre, une Carte Postale Ancienne illustrant une chanson de Botrel: Le Voeu à Saint-Yves. Et c’est en fait Saint-Yvon, parce que : Saint-Yvon est le « patron de ceux qui s’en vont » (sur la mer).

Les militaires « YVON »

Dans les base SGA / Mémoire des hommes, j’ai trouvé notamment :

  • 96 morts pour la France pendant la guerre 1914-1918 ;
  • 14 militaires décédés pendant la seconde Guerre Mondiale, dont deux Sarthois ;
  • aucun YVON parmi les fusillés du Mont-Valérien ;
  • 2 YVON décédés en Afrique du Nord (1952-1962)…

Quelques statistiques généalogiques

  • 6 généalogistes « YVON » sur GeneaNet.
  • 10849 YVON dans les arbres de GeneaNet, dont 2127 dans la Sarthe, et 3418 dans les arbres de genealogie.com, 2866 dans les bases de MyHeritage…

 

Résumé de la méthode de recherche sur un nom de famille (2ème partie)

Blasons et Armoiries

Le sujet mériterait un article. Mais voici quelques ressources permettant d’ébaucher une recherche de blason familial :

  • la base héraldique de FranceGenWeb.
  • la rubrique « Blasons » de GeneaNet.
  • l’Armorial d’Hozier, sur Gallica. S’agissant de manuscrits, il vaut mieux pour l’aborder consulter en bibliothèque ou se procurer le Répertoire des généalogies françaises imprimées d’Étienne Arnaud, qui référence les familles étudiées par d’Hozier.

Porteurs d’un nom de famille célèbre

  1. Consultation de GeneaStar, ou des autres sites indiqués dans l’article « Je n’ai pas de cousin célèbre, et vous ? ».
  2. Pour rechercher votre nom de famille sur Wikipédia, commencez par identifier la page d’homonymie correspondant à votre nom car elle répertorie les différents sujets et articles qui le concernent. Dans la plupart des cas, Wikipédia vous affiche d’ailleurs d’emblée cette page. Attention, son contenu n’est pas exhaustif, donc n’hésitez pas à pousser plus avant vos recherches (par exemple en cliquant, en bas de la liste de suggestions de Wikipédia, sur la zone « contenant… »).Dans mon cas par exemple, Claude YVON, Jacques YVON et Josée YVON ne figuraient pas sur la page d’homonymie.
  3. De nouveau, vous pouvez consulter des ouvrages comme les noms de famille en France : Histoires & Anecdotes (sous la direction de Marie-Odile Mergnac, 2009, éditions Archives & Culture).
  4. Les sites sur les célébrités sont légions sur Internet. Une recherche dans votre moteur préféré sur « célébrités », ou « biographie célébrité », etc. vous permettra de les trouver.
  5. Enfin, un petit tour par Gallica s’impose. Vous pouvez par exemple faire une recherche avancée pour trouver les œuvres réalisées par des porteurs de votre nom de famille.

Autres recherches

  • Recherche des communes et lieux-dits sur GenCom.
  • Récipiendaires de la Légion d’honneur, sur Léonore.
  • Décorés de la médaille de Sainte-Hélène.
  • Recherches sur les militaires, dans les bases Mémoire des hommes.
  • Comptages sur GeneaNet et genealogie.com, MyHeritage… Ces entreprises permettent par ailleurs l’accès à d’autres bases et dépouillements, mais souvent de manière payante.

Et on pourrait étudier la diaspora des porteurs d’un nom de famille, se pencher sur les entreprises portant ce nom…

Bref, l’étendue de vos explorations, trouvailles, statistiques… n’aura que votre patience pour limite ! Je vous souhaite simplement d’avoir à étudier un patronyme plutôt rare, et qui ne soit pas en même temps un prénom, ce qui facilite grandement la recherche.

Bon, je pense avoir déjà mis la patience de mes lecteurs à rude épreuve… mais pour les plus persévérants, quelques autres YVON « célèbres » pour terminer (avant la traditionnelle citation, un très beau vers d’un poète mexicain).

D’autres YVON « célèbres »

J’ai été moi-même surprise par le nombre de porteurs « célèbres » du nom YVON que j’ai pu découvrir. Et je sais que ma liste n’est pas exhaustive. Je n’ai pas exploré la noblesse française, qui compte par exemple une famille de Saint-Yvon. J’ai aussi trouvé sur Gallica des œuvres d’un Paul YVON, « Escuyer Seigneur de la Leu, l’un des Eschevins de La Rochelle », qui s’attaque à la quadrature du cercle, et aussi d’un certain Paul YVON, pharmacien de première classe (sic, XIXe siècle), un autre P. d’YVON, qui écrit sur la situation politique en 1871, Philippe YVON, écrivain (contemporain)…

  • Pierre Christophe YVON (1719 au Mans, « Sarthe » – 1814), médecinMédecin de l’abbaye royale de Poissy.
  • Antoine Joseph YVON (1813-1883), astronomeAstronome de l’observatoire de Paris (1846), membre de l’Académie des sciences (1867).

    Auteur d’une Théorie de la stabilité des machines locomotives en mouvement, 1850, et Nouvelle navigation astrologique, 1877.

  • (Rolland-)Maurice YVON (1857- 1911), architecteFils du peintre Claude YVON, architecte-voyer (fonctionnaire territorial) de la Ville de Paris et architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, il réalisera surtout des édifices publics et notamment l’École coloniale pour le ministère des Colonies. Il lèguera à sa mort les oeuvres de son père à l’État français.
  • Gustave YVON (1883-1972), ingénieur-opticienIl a été Directeur de la société générale d’optique et d’instrumentation Jobin-Yvon.
  • Jacques YVON (1903-1979), physicienUn des pionniers de l’énergie nucléaire en France, il a été Haut-commissaire à l’énergie atomique de 1970 à 1975. Il est le « Y » dans la « hiérarchie BBGKY »… que je suis bien incapable de comprendre.
  • Joseph YVON (1906, île de Groix – 1998, Lorient), homme politiqueIl a exercé des mandats de 1945 à 1983 : député puis sénateur du Morbihan, maire de Groix, conseiller général du canton de Groix.
  • Josée YVON (1950 à Montréal – 1994), poétesse, dramaturge et scénariste québécoise

Et vous, connaissez-vous un YVON célèbre ?

La citation

« Dès l’aube ce qui naît cherche son nom. »

Octavio Paz

 


Vous serez peut-être aussi intéressé(e) par les articles suivants :

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Étude du patronyme YVON, suite (& méthode de recherche 2/2)

  1. Ping : Nom YVON & méthode de recherche sur un nom de famille (2/2) | Yvon Généalogie | La Gazette des ancêtres | Scoop.it

  2. Ping : Nom YVON & méthode de recherche sur un nom de famille (2/2) | Yvon Généalogie | GenealoNet | Scoop.it

  3. sahli hamid dit :

    j ai un tableau moulin rouge signé par Yvo.j ai fait des recherche sur le net pour savoir le peintre et sans résultat. merci de m aider de le savoir. amicalement hamid de maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>